Connexion

Inscription
Mot de passe oublié ?
Obtenir votre mot de passe abonné

Bienvenue dans votre espace abonné à Altermondes

Découvrez le dernier numéro d'Altermondes
Découvrez tous les numéros d'Altermondes

Continuer à découvrir le site

Inscription

Veuillez utiliser uniquement des caractères alphanumérique (ex: az, AZ, 0-9) et au moins 5 caractères

Minimum de 8 caractères

J'accepte de recevoir la newsletter d'Altermondes

* Champs obligatoires

Se connecter

Demandez votre mot de passe

Veuillez vérifiez votre messagerie. Identifiez-vous

Inscription

Désolé, cette clé ne semble pas être valide.

Remarque: Le mot de passe doit comporter au moins sept caractères. Pour le rendre plus fort, utilisez des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des symboles comme! "$% ^ & Amp;?).

Se connecter

Le 08-12-2015 à 11:12

Palestine : « Les démolitions de maisons n’ont rien à voir avec la sécurité d’Israël »

Par Andrea Paracchini

Début octobre 2015, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a décidé d’accélérer les « démolitions punitives » des maisons de Palestiniens auteurs d’attentats. Ces « démolitions punitives » ne représentant pourtant qu’une infime partie du total de maisons détruites par l’Etat d’Israël depuis 1967. C’est ce qu’explique dans cette interview Jeff Halper co-fondateur du Israel Committee Against House Demolitions (ICAHD, Comité israélien contre les démolitions de maisons). Depuis 1997, son ONG a reconstruit 189 maisons démolies en signe de résistance non violente à l’occupation.

Début octobre 2015, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a décidé d’accélérer les « démolitions punitives » des maisons de Palestiniens auteurs d’attentats. Comme en vain souligné à plusieurs reprises (1, 2) par les coordinateurs humanitaires des Nations unies pour les territoires palestiniens occupés, ces « démolitions punitives » violent les droits humains. Pire, elle ne représenteraient qu’une infime partie des maisons détruites par l’Etat d’Israël depuis 1967.

La démolition de maison en chiffres
En 2015
>> 450 maisons démolies
>> 514 personnes délogées
(source : ICAHD)

C’est ce que pointe l’Israel Committee Against House Demolitions (ICAHD, Comité israélien contre les démolitions de maisons), organisation créé en 1997 qui répertorie et compile des données relatives aux démolitions de maisons et plus en général aux avancées de la colonisation israélienne en Palestine. Jeff Halper, son co-fondateur, est formel :

Sur les 46 000 maisons démolies depuis 1967, les démolitions dites « punitives » visant les individus accusés d’acte terroriste, représentent mois de 1%. Le 99% restant n’a rien à voir avec des raisons de sécurité. C’est le cas, par exemple, des 18 000 maisons détruites sur le passage pendant l’invasion de Gaza à l’été 2014.

Pour faire face à ce qu’il considère comme une politique pro-active visant à faciliter l’expansion de l’Etat d’Israël sur les territoires palestiniens, l’ICAHD accompagne son action de monitorig et de plaidoyer d’actions plus symbolique de désobéissance civique et non-violente. Avec des volontaires israéliens, palestiniens et d’autres participants venus des quatre coins du monde, le comité organise des ateliers de reconstruction des maisons démolies par l’armée.

Nous avons reconstruit 189 maisons ces 15 dernières années. 189 maisons sur 46 000, ce n’est rien. D’autant plus qu’elles sont susceptibles d’être à nouveau démolies, car leur reconstruction est illégale. Il nous est d’ailleurs arrivé que certaines des maisons que nous avions reconstruit soient démolies 6 fois ! Mais nous les avons reconstruites à chaque fois. Cela n’aurait aucun sens si notre action était de caractère humanitaire. Mais nos actions sont un acte politique de résistance. Qu’Israël démolisse 100 fois une maison : nous la reconstruirons 101 fois. Nous ne laisserons pas l’occupation gagner.

Retrouvez  en intégralité l’interview vidéo de Jeff Halper, réalisée lors de son passage à Paris en novembre 2015.

  

Ajouter un commentaire