Connexion

Inscription
Mot de passe oublié ?
Obtenir votre mot de passe abonné

Bienvenue dans votre espace abonné à Altermondes

Découvrez le dernier numéro d'Altermondes
Découvrez tous les numéros d'Altermondes

Continuer à découvrir le site

Inscription

Veuillez utiliser uniquement des caractères alphanumérique (ex: az, AZ, 0-9) et au moins 5 caractères

Minimum de 8 caractères

J'accepte de recevoir la newsletter d'Altermondes

* Champs obligatoires

Se connecter

Demandez votre mot de passe

Veuillez vérifiez votre messagerie. Identifiez-vous

Inscription

Désolé, cette clé ne semble pas être valide.

Remarque: Le mot de passe doit comporter au moins sept caractères. Pour le rendre plus fort, utilisez des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des symboles comme! "$% ^ & Amp;?).

Se connecter

Le 23-04-2015 à 18:04

Filières agroalimentaires : les relations dangereuses

Par Andrea Paracchini

Avec Altermondes, brisez le tabou qui entoure la concentration du pouvoir dans les filières agricoles. En exclusivité, nous vous proposons un traitement multimédias du rapport « Qui a le pouvoir ? », réalisé par Basic (Bureau d’Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne).

Commanditée par quatre organisations de commerce équitable (PlateForme pour le Commerce Equitable, FTAO, Traidcraft UK, Fairtrade Allemagne et Belgique) et réalisé par Basic (Bureau d’Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne), le rapport « Qui a le pouvoir ? » dresse un constat accablant :

Bien que les filières agricoles restent rentables lorsqu’on les regarde dans leur globalité, les bénéfices sont captés par les acteurs qui disposent des moyens les plus importants (financiers, logistiques…) et l’écart entre les prix payés à la production et les prix au consommateur n’a jamais été aussi important. Dans le même temps, on observe une dégradation des termes de l’échange et des conditions de travail pour les producteurs de matières premières. Les agriculteurs familiaux sont de plus en plus exclus des marchés mondiaux et la multiplication des problèmes environnementaux questionne la pérennité de la production de certaines denrées alimentaires.

A l’origine, le modèle néolibéral qui s’est imposé

Une explication commune à ces dérives existe : la concentration du pouvoir dans les filières agricoles.
Un phénomène qui est loin d’être le fruit du hasard, mais qui au contraire est devenu la norme au fil de ces dernières décennies chez les fournisseurs d’intrants, les négociants, les fabricants et les distributeurs. C’est ce que montre cette vidéo animée qui retrace le processus de concentration du Moyen-Age jusqu’à nos jours.

Des pistes pour sortir de l’impasse

Pour mettre fin aux abus de pouvoir de la part des acheteurs et assurer la durabilité des filières agricoles, le droit européen de la concurrence doit prendre en compte le bien-être des consommateurs au-delà de la seule question du pouvoir d’achat et tenir compte du bien-être des producteurs et des travailleurs ruraux comme de l’environnement.

Concrètement, les auteurs du rapport proposent de renforcer les capacités des organisations de producteurs et de travailleurs, d’améliorer la transparence sur les coûts dans les filières agricoles, de mieux prévenir les pratiques commerciales déloyales et de promouvoir les principes et pratiques du commerce équitable dans les filières agricoles.

Poursuivez la découverte du dossier :

  
Pas de commentaires

Ajouter un commentaire