Connexion

Inscription
Mot de passe oublié ?
Obtenir votre mot de passe abonné

Bienvenue dans votre espace abonné à Altermondes

Découvrez le dernier numéro d'Altermondes
Découvrez tous les numéros d'Altermondes

Continuer à découvrir le site

Inscription

Veuillez utiliser uniquement des caractères alphanumérique (ex: az, AZ, 0-9) et au moins 5 caractères

Minimum de 8 caractères

J'accepte de recevoir la newsletter d'Altermondes

* Champs obligatoires

Se connecter

Demandez votre mot de passe

Veuillez vérifiez votre messagerie. Identifiez-vous

Inscription

Désolé, cette clé ne semble pas être valide.

Remarque: Le mot de passe doit comporter au moins sept caractères. Pour le rendre plus fort, utilisez des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des symboles comme! "$% ^ & Amp;?).

Se connecter

Le 09-02-2015 à 16:02

De l’énergie durable pour les pays du Sud

Par Mathieu Viviani

L’association Électriciens sans frontières a fait partie des cinq finalistes du Prix Zayed 2015 au Forum mondial des énergies renouvelables d’Abu Dhabi. Lancée par des ingénieurs, elle améliore l’accès aux énergies durables dans les pays émergents depuis 29 ans. Échange avec Hervé Gouyet, son président.

Votre association soutient que la lutte contre le réchauffement climatique passe aussi par celle de l’accès à une énergie électrique propre des populations pauvres. Pourquoi ?

Hervé-Gouyet_prsdt_Electriciens sans frontièresHervé Gouyet : Les besoins en énergie électrique de ces populations sont en pleine croissance à l’heure actuelle. Or, bien souvent, leurs pays ne disposent pas de vrais moyens au développement d’infrastructures d’énergie propre. Bien souvent, les ressources qu’ils utilisent pour produire de l’électricité sont le bois, le charbon ou les hydrocarbures. Il n’est plus à prouver que ces ressources sont polluantes et dangereuses pour la santé. Il faut donc aider ces pays à faire émerger des opérateurs électriques compétents et spécialisés dans les technologies énergétiques durables. C’est ce que tente de faire notre organisation : développer l’accès à une électricité durable dès le départ dans les zones à fort besoin.

Après 30 ans d’existence, le travail de votre association pour l’accès à l’énergie électrique a-t-il changé ?

H.G : Oui, il y a 30 ans, notre secteur n’avait pas autant de visibilité qu’aujourd’hui. Des années 80 jusqu’à la fin des années 90, les gouvernements, ONG et  instances internationales se sont beaucoup occupées des questions d’accès à l’eau, à la nourriture ou aux logements. À partir de l’an 2000, les acteurs de la solidarité internationale ont réalisé l’importance du lien entre l’accès à l’énergie, la préservation du climat, et la lutte contre la pauvreté. Cette prise de conscience a culminé lorsque les Nations unies ont proclamé 2012 comme l’Année internationale de l’énergie durable pour tous. Parallèlement, les années 2000 ont vu se développer des énergies renouvelables moins chères et mieux adaptables aux différents types de besoin dans le monde.

Néanmoins, nous remarquons que les banques ont encore tendance à investir dans des projets énergétiques à grande échelle et carbonés. Alors qu’aujourd’hui, l’enjeu de l’énergie durable se situe dans des dispositifs sur mesure qui s’adaptent intelligemment aux besoins des localités. Et contrairement à ce qu’en pense beaucoup de gens, ces installations sont devenues aussi abordables que rentables !

  
Découvrez d'autres articles sur les thèmes...

Ajouter un commentaire