Connexion

Inscription
Mot de passe oublié ?
Obtenir votre mot de passe abonné

Bienvenue dans votre espace abonné à Altermondes

Découvrez le dernier numéro d'Altermondes
Découvrez tous les numéros d'Altermondes

Continuer à découvrir le site

Inscription

Veuillez utiliser uniquement des caractères alphanumérique (ex: az, AZ, 0-9) et au moins 5 caractères

Minimum de 8 caractères

J'accepte de recevoir la newsletter d'Altermondes

* Champs obligatoires

Se connecter

Demandez votre mot de passe

Veuillez vérifiez votre messagerie. Identifiez-vous

Inscription

Désolé, cette clé ne semble pas être valide.

Remarque: Le mot de passe doit comporter au moins sept caractères. Pour le rendre plus fort, utilisez des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des symboles comme! "$% ^ & Amp;?).

Se connecter

Le 18-06-2015 à 17:06

« Derrière nos dattes, il y a la cause palestinienne »

Par Andrea Paracchini

Connaissez-vous l’histoire des dattes medjoul que vous consommez ? Etes-vous sûrs que pour les produire, les droits des paysans palestiniens n’aient pas été bafoués ? Ecoutez cette interview d’un représentant de Palestinian Agricultural Relief Committees et vous découvrirez que derrière une simple datte, il y a tout le combat d’un peuple.

Ayman Abdou est militant de Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS). Par crainte de représailles, il a demandé à Altermondes que son visage soit flouté et que son témoignage reste anonyme.

La vallée du Jourdain, en Palestine, est l’un des principaux lieu de production au monde de la datte medjoul. Le Palestinian Agricultural Relief Committee (Parc) soutient cette filière afin de rendre autonomes quelques 50 producteurs réunis dans un groupement coopératif et, plus en général, de développer l’économie de ce territoire occupé. Aujourd’hui, 20 femmes travaillent dans une coopérative de transformation et de conditionnement, ce qui permet aux dattes équitable palestiniennes d’atteindre le marché européen en sortant des filières contrôlées par l’Etat d’Israël.

Et pourtant, les difficultés et les obstacles restent nombreux, comme témoigne dans cette vidéo Ayman Abdou – son nom est inventé -, représentant de Parc. Arrachement de palmiers dattiers, coupures d’eau, discrimination dans l’accès aux marchés, mesures sécuritaires draconiennes : voici le lot quotidien des autres producteurs de datte palestiniens. C’est pourquoi, explique-t-il, il est d’autant plus important de faire partie d’une filière de commerce équitable.

« Les consommateurs de produits issus du commerce équitable ne font pas attention qu’au prix. Ils s’intéressent aussi à l’histoire d’un produit : qui le fabrique et dans quelles conditions. Or, les dattes palestiniennes et israéliennes sont similaires, mais elles racontent une histoire complètement différente. Nos dattes sont produites dans l’oppression, tandis que celles d’Israël représentent la discrimination. Dernière nos dattes, il y a la cause palestinienne et le commerce équitable nous permet de sensibiliser de plus en plus de personnes à ce qu’Israël fait en Palestine. »

  
Découvrez d'autres articles sur les thèmes...

Ajouter un commentaire