Connexion

Inscription
Mot de passe oublié ?
Obtenir votre mot de passe abonné

Bienvenue dans votre espace abonné à Altermondes

Découvrez le dernier numéro d'Altermondes
Découvrez tous les numéros d'Altermondes

Continuer à découvrir le site

Inscription

Veuillez utiliser uniquement des caractères alphanumérique (ex: az, AZ, 0-9) et au moins 5 caractères

Minimum de 8 caractères

J'accepte de recevoir la newsletter d'Altermondes

* Champs obligatoires

Se connecter

Demandez votre mot de passe

Veuillez vérifiez votre messagerie. Identifiez-vous

Inscription

Désolé, cette clé ne semble pas être valide.

Remarque: Le mot de passe doit comporter au moins sept caractères. Pour le rendre plus fort, utilisez des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des symboles comme! "$% ^ & Amp;?).

Se connecter

Le 08-02-2016 à 17:02

Calais : l’École laïque du Chemin des dunes

Par David Eloy

Samedi 6 février était inaugurée l’École laïque du Chemin des dunes, un projet soutenu par l’ONG Solidarité laïque. Autour de Zimako Jones une trentaine d’enseignants et d’éducateurs bénévoles se relaient pour dispenser chaque jour des cours d’alphabétisation aux jeunes migrants du camp de Calais. Une initiative au cœur de la chronique hebdo de David Eloy sur Radio Nova.

Altermondes était présent à l’inauguration de l’École laïque du Chemin des dunes. Retrouvez bientôt en ligne, notre reportage.

Pour cette chronique, j’ai eu envie de revenir sur mes terres natales, dans le Nord. Plus précisément à Calais. J’aurais pu vous parler du Général Piquemal et de sa manifestation mais il a déjà une assez bonne couverture médiatique pour ne pas en vouloir rajouter. Et puis, pourquoi faudrait-il toujours traiter de Calais sous un angle anxiogène ? Bien sûr, la « jungle », comme on l’appelle communément, compte aujourd’hui 4 000 migrants. Ils étaient jusqu’à 6 000 en octobre dernier. Ils vivent dans des conditions sanitaires indignes d’un pays comme la France. Les pouvoirs publics ont fini – sous la pression – par apporter un début de réponse en construisant le camp de Calais. Ou devrais-je plutôt dire en installant 125 conteneurs en guise de lieu d’hébergement : 1 500 personnes y ont trouvé refuge. Mais c’est loin d’être suffisant.

nova
Ecoutez la chronique consacrée à l’école des dunes (diffusée sur Radio Nova le 8 février 2016)
La société civile en première ligne

Pour pallier les insuffisances de l’État, les habitants et les associations s’organisent et proposent des solutions. Je pense par exemple, au travail remarquable que mènent des associations comme Salam que nous avions déjà rencontré pour un reportage dans la « jungle » en… 2009.

« délit de solidarité »
Tant décrié sous la présidence de Nicolas Sarkozy, le « délit de solidarité » continue de sévir, et plus tard que le 14 janvier, Rob Lawrie, un chauffeur de camion britannique, a été condamné à 1 000 euros d’amende avec sursis par la justice française pour avoir « facilité par aide directe ou indirecte la circulation irrégulière d’un étranger en France » (en l’occurrence, il a aidé une petite fille afghane de 4 ans). Il risquait 5 ans de prison et 30 000 € d’amende. Car contrairement aux promesses de campagne, le PS en arrivant au pouvoir s’est contentée d’élargir le champ des immunités possibles. Être condamné pour avoir aidé un réfugié ou un migrant est une réalité courante.

Mais aussi à Pouilly en Auxois, en Bourgogne, où la mairie et les 1 600 habitants se sont organisés pour accueillir depuis plus d’un an, une soixantaine de réfugiés venus de la jungle de Calais. Histoire qu’ils se ressourcent. Et encore, de l’inauguration, samedi dernier, de l’École laïque du Chemin des dunes, dans le camp de Calais. Cette école comprend deux salles de classe, une infirmerie, une aire de jeux et une salle de réunion. Aucun recensement n’a été réalisé mais on estime que 300 enfants seraient privés de structure d’accueil, d’accès à l’éducation et à la santé dans le camp de Calais. Bien sûr, le droit à l’éducation est garanti par le droit français et s’applique à tous les enfants, quels que soient leur lieu de vie et leur nationalité. Or, de l’aveu même du Défenseur des droits Jacques Toubon, l’État ne garantit pas ce droit dans le camp de Calais. En attendant que l’État français assume ses responsabilités, Zimako Jones, un réfugié nigérian (le pays de Boko Haram), a donc décidé de construire l’École laïque du Chemin des Dunes. Soutenu par l’ONG Solidarité laïque, il a fédéré une trentaine d’enseignants et d’éducateurs bénévoles qui se relaient désormais chaque jour pour proposer des cours d’alphabétisation, de français et d’anglais… voire même de Tai Chi.

Tous les dimanches, la salle de classe accueillera des avocats qui conseilleront les demandeurs d’asile. Les pieds au sec, avec un peu de chauffage et de lumière. C’est quand même plus intéressant que les délires racistes du Général Piquemal !

  
Découvrez d'autres articles sur les thèmes...
Pas de commentaires

Ajouter un commentaire