Connexion

Inscription
Mot de passe oublié ?
Obtenir votre mot de passe abonné

Bienvenue dans votre espace abonné à Altermondes

Découvrez le dernier numéro d'Altermondes
Découvrez tous les numéros d'Altermondes

Continuer à découvrir le site

Inscription

Veuillez utiliser uniquement des caractères alphanumérique (ex: az, AZ, 0-9) et au moins 5 caractères

Minimum de 8 caractères

J'accepte de recevoir la newsletter d'Altermondes

* Champs obligatoires

Se connecter

Demandez votre mot de passe

Veuillez vérifiez votre messagerie. Identifiez-vous

Inscription

Désolé, cette clé ne semble pas être valide.

Remarque: Le mot de passe doit comporter au moins sept caractères. Pour le rendre plus fort, utilisez des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des symboles comme! "$% ^ & Amp;?).

Se connecter

Le 21-12-2015 à 15:12

Brésil : la face cachée de votre jus d’oranges pressées

Par Ingrid Aymes, Florence Sonntag, Elodie Nace

Le jus d’oranges est le jus de fruit le plus consommé au monde : sur la seule année 2013, la consommation moyenne a atteint 7,8 litres par personne en France. Mais que serait-il de cette popularité si l’on découvrait ce qui se cache derrière chaque verre ? Des conditions de travail précaires, des salaires trop bas et une pression croissante sur les producteurs et travailleurs de la part des entreprises, notamment de la grande distribution, qui dominent le marché. En première ligne pour dénoncer cette situation intenable, les ONG de solidarité internationale et le mouvement du commerce équitable essayent de montrer qu’elle n’a pourtant rien d’inéluctable.

174 €/mois
C’est le revenu minimum légal des travailleurs des plantations d’oranges au Brésil. Dans les coopératives de commerce équitable, le salaire varie entre 214 et 328 euros.

Environ 70% du jus d’orange bu dans le monde est produit au Brésil par trois entreprises : Cutrale (30%), Citrosuco/Citrovita (25%) et Louis Dreyfus Commodities (15%). Plus du tiers des exportations brésiliennes est destiné à l’Union européenne où 82% du jus d’orange est vendu en grande surface. Des marques de distributeurs comme Aldi, Carrefour ou du groupe Schwarz détiennent deux tiers de ce marché juteux. Une position dominante dans la filière du jus d’orange dont elles tirent profit mais qui ne les pousse pas à faire pression pour plus de droits pour les producteurs et les travailleurs. Au contraire, elles n’exercent pas de réelle vigilance sur leurs sous-traitants et laissent ainsi libre cours aux pratiques commerciales déloyales. C’est en tout cas ce que dénonce le rapport « Pressés comme des oranges : enquête chez les producteurs brésiliens de la filière européenne du jus d’orange », publié par Peuples Solidaires-ActionAid France dans le cadre de la campagne CaddiEthique.

Travail précaire, bas salaires et pression croissante

Les trois entreprises brésiliennes leaders dans la production, la transformation et l’exportation du jus d’orange s’approvisionnent à 60% auprès de petits et moyens producteurs, payés entre 2,80 et 3,20 US dollars (US$) par caisse d’oranges. Un prix qui ne suffit pas à couvrir les coûts de production, estimés à entre 3,70 et 5,50 US$. Le reste des oranges provient de leurs propres plantations. Ici, les ouvriers agricoles doivent récolter une tonne et demie d’oranges par jour pour gagner le salaire minimum légal de 690 réaux, soit 150 euros, insuffisant pour vivre dignement. Les ouvriers sont de toute façon contraints de réaliser des heures supplémentaires. Leur travail est physiquement éprouvant, précaire et sans protection légale. Obligés de manipuler des pesticides dangereux, peu d’entre eux disposent d’une assurance maladie, de matériel adéquat et de formation en santé et sécurité. Difficile pour eux de se plaindre de ces conditions : l’attitude des entreprises est souvent anti-syndicaliste, l’entrée des syndicats dans les plantations étant souvent interdite ou autorisée sous haute surveillance.

Le commerce équitable seule alternative

Comment les Français peuvent-ils s’assurer que leur jus préféré ne soit pas le fruit de violations de droits humains ou de l’exploitation de travailleurs-euses agricoles brésilien-nes ? Selon Peuples Solidaires-ActionAid France, l’adoption de la loi sur le devoir de vigilance des multinationales par le parlement français serait un premier pas dans la bonne direction. Dans un contexte de mondialisation des chaînes d’approvisionnement, les multinationales, y compris la grande distribution, ne doivent plus pouvoir agir en toute impunité. En parallèle, le mouvement du commerce équitable revendique ses atouts : le prix minimum garanti d’une caisse d’orange a par exemple été fixé entre 5,34 US$ et 6,80 US$ dans le système Fairtrade/Max Havelaar, soit presque le double du prix payé par le secteur conventionnel. En garantissant des prix qui couvrent les coûts de production et permettent des revenus décents, en favorisant des relations commerciales plus équilibrées et durables, le commerce équitable entend contribuer à lutter contre les problèmes de concentration du pouvoir et de pratiques commerciales déloyales. Et montrer qu’une entreprise peut être performante tout en respectant les droits humains et l’environnement. L’action des citoyens, en tant que consommateurs, est essentielle pour lutter contre les pratiques déloyales du commerce conventionnel : ce sont eux, in fine, qui ont le pouvoir d’imposer leurs choix aux multinationales, en demandant notamment plus de produits équitables dans leurs magasins, mais aussi plus d’équité dans l’ensemble des filières.

Ingrid Aymes, chargée de mission Dignité au Travail – Secteur Agricole Peuples Solidaires – ActionAid France
Florence Sonntag, responsable plaidoyer et développement de la Plate-Forme pour le Commerce Équitable
Elodie Nace, chargée de communication du mouvement FAIR[e] un monde équitable

Crédit photo de Une : Sandra Dusch Silva

Poursuivez l’exploration de notre carte interactive sur la grande distribution à la conquête du Sud
  
Pas de commentaires

Ajouter un commentaire