Connexion

Inscription
Mot de passe oublié ?
Obtenir votre mot de passe abonné

Bienvenue dans votre espace abonné à Altermondes

Découvrez le dernier numéro d'Altermondes
Découvrez tous les numéros d'Altermondes

Continuer à découvrir le site

Inscription

Veuillez utiliser uniquement des caractères alphanumérique (ex: az, AZ, 0-9) et au moins 5 caractères

Minimum de 8 caractères

J'accepte de recevoir la newsletter d'Altermondes

* Champs obligatoires

Se connecter

Demandez votre mot de passe

Veuillez vérifiez votre messagerie. Identifiez-vous

Inscription

Désolé, cette clé ne semble pas être valide.

Remarque: Le mot de passe doit comporter au moins sept caractères. Pour le rendre plus fort, utilisez des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des symboles comme! "$% ^ & Amp;?).

Se connecter

Le 03-03-2016 à 10:03

Au Mexique, « les migrants sont des proies »

Par Benjamin Sèze

Au Mexique, les jésuites ont créé 14 Maisons de migrants tout au long du parcours que Honduriens, Guatémaltèques et Nicaraguayens suivent pour rejoindre la frontière avec les Etats-Unis. Un point d’observation privilégié sur les épreuves auxquelles ces personnes, souvent des réfugiés, sont soumises. Témoignage de Roberto Manriquez, du service des Jésuites aux réfugiés, partenaire du Secours Catholique – Caritas France.

Ce témoignage est paru sur le site du Secours Catholique – Caritas France

Rien que dans les 14 Maisons de migrants que nous avons ouvertes tout au long du parcours traditionnel que suivent les personnes qui migrent vers les États-Unis, nous avons enregistré l’année dernière plus de 250 000 hommes, femmes et parfois enfants, venant pour la plupart du Honduras, du Guatemala, du Nicaragua… On peut donc imaginer qu’en réalité ils sont presque le double. On voit de plus en plus de familles et de personnes qui avaient un métier.

Quand on les interroge sur les causes de leur départ, la plupart du temps ils l’expliquent par des raisons économiques, l’impossibilité de gagner correctement leur vie, parfois la misère… Mais quand on creuse un peu, on se rend compte que pour beaucoup ce sont des réfugiés.

Cela peut paraître moins évident que pour des exilés irakiens ou syriens, mais il y a une guerre sur ce continent. Une guerre invisible mais très violente. Une guerre taboue. Celle que mènent les narcotrafiquants et les Zatas (gangs ultra violents qui sévissent en Amérique centrale).

Souvent, les personnes que l’on voit passer finissent par nous expliquer, par exemple, qu’elles ne pouvaient plus travailler car elles n’avaient pas d’argent pour payer la rançon exigée par la mafia locale pour pouvoir exercer leur métier. Et on apprend qu’ils ont des proches, voire toute leur famille pour certains, qui se sont fait exécuter pour les mêmes raisons.

Un parcours semé de pièges
Roberto Manriquez. Crédit : Sébastien le Clézio/Secours Catholique
Crédit : Sébastien le Clézio/Secours Catholique

Au Mexique, ces personnes sont des proies. Et encore plus depuis qu’à la demande des États-Unis le gouvernement a durci le ton envers les migrants d’Amérique centrale, renforçant sa politique de contrôle et d’expulsion. Cela a plusieurs effets néfastes.

Le premier est d’accentuer le sentiment de toute puissance des policiers qui rackettent les migrants. Lorsqu’ils les arrêtent, au lieu de les expulser vers leurs pays, comme l’exige la loi récente, ils se servent de cette menace pour leur extorquer de l’argent et ils les laissent repartir vers une nouvelle arrestation par d’autres policiers où ils seront une nouvelle fois dépouillés et relâchés.

Lorsqu’ils ne veulent ou ne peuvent pas payer, les migrants se font tabasser. La semaine dernière, nous avons récupéré en urgence un Hondurien pour l’emmener à l’hôpital. Il ne pouvait pas payer, l’agent de la police ferroviaire l’a poussé du train en marche à coup de pieds et de matraque, il est tombé sur les rails et a eu une jambe sectionnée.

L’invisibilité accentue le danger

Le deuxième effet est de pousser les personnes migrantes à prendre de plus en plus d’autres chemins que les routes traditionnelles de migration. Elles se mettent encore plus en danger, devenant invisibles pour les organisations humanitaires comme la nôtre, mais pas pour les organisations criminelles qui sont rapidement présentes sur ces nouveaux parcours.

Car en plus d’être la proie des policiers, les migrants sont aussi traqués par les mafias qui les rackettent, les kidnappent pour les rançonner, les exploitent, les violent. Presque toutes les femmes dont nous recueillons le témoignage expliquent qu’elles prennent la pilule contraceptive car elles savent qu’elles se feront violer au moins une fois pendant le voyage.

Il y a quelques jours, nous avons croisé sur la voie ferrée une jeune fille et son petit ami ensanglanté. Ils avaient sauté du train pour échapper à une tentative de viol, mais les agresseurs les ont suivis et ont tabassé le garçon.

Ces histoires, nous en vivons ou recueillons toutes les semaines, c’est la réalité quotidienne des migrants qui traversent le Mexique.

Casa del migrante
Un murales à l’entrée de la Casa del migrante de Saltillo Coahuila, Mexique. Crédit Chuy Mendez Garza

Photo de Une : Monument aux migrants morts en essayant de travers la frontière entre Mexique et Etats-Unis. Crédit : Tomás Castelazo

  
Découvrez d'autres articles sur les thèmes...

Ajouter un commentaire