Connexion

Inscription
Mot de passe oublié ?
Obtenir votre mot de passe abonné

Bienvenue dans votre espace abonné à Altermondes

Découvrez le dernier numéro d'Altermondes
Découvrez tous les numéros d'Altermondes

Continuer à découvrir le site

Inscription

Veuillez utiliser uniquement des caractères alphanumérique (ex: az, AZ, 0-9) et au moins 5 caractères

Minimum de 8 caractères

J'accepte de recevoir la newsletter d'Altermondes

* Champs obligatoires

Se connecter

Demandez votre mot de passe

Veuillez vérifiez votre messagerie. Identifiez-vous

Inscription

Désolé, cette clé ne semble pas être valide.

Remarque: Le mot de passe doit comporter au moins sept caractères. Pour le rendre plus fort, utilisez des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des symboles comme! "$% ^ & Amp;?).

Se connecter

Le 19-10-2015 à 10:10

Abolir la dette pour libérer le développement

Par Benjamin Sèze

Depuis 25 ans, le Collectif pour l’annulation de la Dette du Tiers-Monde (CATDM) se bat pour que les dettes contractées par de nombreux pays sans aucun bénéfice pour leur population, soient abolies. Afin qu’elles cessent d’être aujourd’hui un frein puissant à leur développement. Rencontre avec Nicolas Sersiron, président du CATDM-France, au lendemain de l’assemblée citoyenne européenne sur la dette organisée à Bruxelles par CADTM Europe et le réseau des ATTAC Europe.

« Tant au Nord qu’au Sud, l’endettement est utilisé par les prêteurs comme instrument de domination politique et économique », peut-on lire dans la Charte politique du Collectif pour l’annulation de la Dette du Tiers-Monde (CATDM). Si depuis quelques années, ce réseau international s’intéresse de plus en plus aux dettes des pays européens – il co-organise vendredi 16 octobre, avec ATTAC Europe, une assemblée citoyenne européenne sur la dette, à Bruxelles -,  cela fait vingt-cinq ans qu’il milite pour l’annulation de la dette du « Tiers Monde », indispensable, selon lui, pour construire une relation plus juste entre les pays du Nord et du Sud.
« À partir des années 1960, les dettes ont remplacé les armées coloniales comme instrument de domination », considère Nicolas Sersiron, président du CATDM-France, et auteur du livre Dette et extractivisme (Éditions Utopia, 2014).

Flambée des prêts au pays du Sud dans les années 60-70

La dette publique des pays du tiers-monde et de l’Est a été multipliée par douze entre 1968 et 1980. « Dans les années 1960, les pays décolonisés ont tout à construire, ils empruntent. En face, les banques privées européennes regorgent de capitaux constitués principalement par les dollars prêtés par les Etats-Unis, dans les années 1950, dans le cadre du Plan Marshall. Elles vont alors chercher à les prêter pour les faire fructifier, explique Nicolas Sersiron. Et puis, à partir de 1973, l’augmentation du prix du pétrole  fait gagner beaucoup d’argent aux pays producteurs qui placent cet argent dans les banques occidentales. Là encore, les banques vont vouloir en tirer profit et vont donc accorder des prêts à des conditions avantageuses. »

Les pays en développement sombrent dans la crise

Eric Berr, maître de conférences en économie à l’université de Bordeaux, et spécialiste des questions liées au financement du développement, décrit à propos de cette période, « un certain laxisme de la part des créanciers quant  aux  prêts  accordés (et) une  mauvaise  utilisation  des  sommes  reçues  par  les  dirigeants  des  pays  en développement ».  Au début des années 1980, les Etats-Unis, qui seront suivis par d’autres pays occidentaux, décide unilatéralement une très forte hausse des taux d’intérêt afin de freiner l’inflation et la sortie massive de dollars. Les États endettés se retrouvent subitement en difficultés pour rembourser. C’est la crise de la dette de 1982.

Eric Berr résume ainsi les deux décennies suivantes :

« Cette crise a été gérée, avec l’accord des créanciers, par les institutions financières internationales. Ainsi, le FMI et la  Banque  mondiale  ont  conditionné  toute  restructuration de dette à l’adoption de  programmes d’ajustement structurel qui, loin de régler les maux dont souffrent les pays en développement, ont conduit à la crise des années 1990 et se sont traduits  par  une  mise  sous  tutelle  des  économies  des  pays  en  développement. »

Des plateformes citoyennes pour identifier les dettes publiques illégitimes

Ces dernières années, des plateformes citoyennes ont vu le jour dans différents pays pour réaliser des audits. Leur objectif : identifier les dettes publiques illégitimes contractées par les pouvoirs publics sans respecter l’intérêt général ou d’une manière qui lui est préjudiciable, illégales et contractées en violation de la loi en vigueur ou odieuses, crédits octroyés à des régimes autoritaires ou qui imposent des conditions pour leur remboursement et qui violent les droits sociaux fondamentaux. Trois caractères qui, selon le CATDM, justifient de fait leur non remboursement. Pour Nicolas Sersiron, non seulement l’annulation de la dette illégitime n’aurait pas d’impact sérieux pour les créanciers, mais elle libérerait les populations des pays endettés d’un frein puissant au développement.

Crédits photo de Une : CADTM

  
Découvrez d'autres articles sur les thèmes...
Pas de commentaires

Ajouter un commentaire